AVEZ-VOUS LA COMPOST’ATTITUDE ?

 

Biod 1

 


Se mettre au compostage, cela implique :

de changer un peu ses habitudes,

de faire plus attention aux emballages en faisant les courses,

de s’équiper un minimum,

d’apprendre à trier les déchets biodégradables.

Changer ses habitudes avec quelques gestes simples

Pour réaliser son compost, la première chose à faire c’est de prendre l’habitude de ne plus jeter
les déchets organiques à la poubelle car ils sont tous, à différents degrés, compostables.
Il suffit de les trier quand vous cuisinez, au moment de débarrasser la table ou en jardinant.
C’est simple et ça prend peu de temps. Mais il faut y penser ! Pour les enfants, cela peut
être un jeu de mettre les biodéchets au bon endroit. Et si vous avez des hésitations, pourquoi
ne pas afficher la liste des déchets compostables en aide-mémoire sur votre frigidaire ?

Chez vous
Vous déposez les déchets organiques quotidiens (épluchures, essuie-tout, sachets de
thé…) dans une bassine (ou bio-seau) placée à portée de main dans la cuisine (sous
l’évier par exemple) pour les stocker avant d’aller les déposer sur le tas au fond du
jardin ou dans le composteur au pied de l’immeuble. Si vous avez un lombricomposteur,
vous pouvez les y déposer au fur et à mesure. C’est pratique.

Au jardin
Au lieu de mettre vos déchets verts dans un sac, puis de placer celui-ci sur le trottoir le
jour de la collecte spéciale, ou de le porter à la déchèterie, vous les mettez en tas ou
dans un composteur, selon le mode de compostage que vous aurez choisi.
Pour limiter vos déchets verts, vous pouvez aussi :
– ne pas ramasser systématiquement la tonte de gazon. Coupé court et laissé sur place,
le gazon constitue un bon engrais lorsqu’il se décompose. Mais pour cela, il ne faut pas
que l’herbe soit trop haute !
– Broyer les résidus de taille et d’élagage au fur et à mesure, les déposer sur votre
compost pour le structurer ou les disposer sur les plates-bandes en guise de paillis. Cela
permet de ralentir l’apparition des mauvaises herbes et de retenir l’eau plus longtemps

.
Faire ses courses en pensant « compostage »
Vérifier la biodégradabilité des emballages
Il existe des emballages conformes à la norme européenne EN 13432, encore peu connue
du grand public, qui dresse les exigences relatives aux emballages valorisables par
compostage et biodégradation. Plusieurs labels européens sont actuellement diffusés : le
Label Compostable, un label européen diffusé par l'organisme allemand Din Certco ou, le

plus répandu, le Label OK compost, un label européen diffusé par l'organisme belge Aib
Vinçotte qui est apposée sur des matériaux 100% biodégradables qui peuvent être
compostés dans des installations industrielles ou par les particuliers sans nuire à la qualité
du compost.

Préférer la couleur blanche
Il est préférable d’acheter mouchoirs en papier et essuie-tout de couleur blanche (car les
encres de couleurs utilisées dans la colorisation de matières –bains de couleur – peuvent
nuire à la qualité du compost).

Opter pour le bio
De préférence, choisir des fruits et légumes non-traités, les pesticides qui restent sur les
épluchures sont nocifs pour les organismes qui décomposent les biodéchets.

S’équiper un minimum
Quelques outils de base suffisent. Pour bien composter, il faut :
- un seau ou une poubelle pour le tri préalable des biodéchets ;
- une fourche pour brasser et aérer le compost s’il est en tas à l’extérieur;
- une brouette ou un seau pour le transporter jusqu’au potager ou aux jardinières ;
- un sécateur, une serpe ou une cisaille pour réduire et broyer les déchets trop grossiers ;
- un grillage fixé à un cadre pour tamiser le mélange à la fin du processus ;
- un composteur (bac, fût) ou un lombricomposteur en appartement

.
Apprendre à trier ses déchets compostables
La première chose à faire est donc d’apprendre à trier les déchets qui peuvent se composter ou
non. Ce n’est pas bien sorcier ! Vous triez déjà le verre, le plastique, le papier et le carton,
alors c’est simple de faire un petit geste supplémentaire pour trier vos déchets biodégradables.

Biod 2